HISTOIRE ET FAITS MARQUANTS

La devise      : Travail-Justice-Solidarité
L'emblème    : Le Rouge, le Jaune et le Vert


Les spéculations sur les origines locale du mot « Guinée » sont nombreuses. Il est toutefois établi aujourd’hui qu’il dérive du mot bèrbère « AGUINAOUI » qui désignait les Noirs situés plus au sud. Ce mot a été mentionné pour la première fois vers 1320, sur la carte d’un navigateur italien, Giovani de CARRIGNON. En 1453, il apparaît dans « Chronica de Freites de Guinée » du navigateur portugais Eanés de Zurara. Depuis cette date le nom apparaît sur toutes les cartes marines pour désigner les côtes de l’Afrique, depuis la Casamance jusqu’au Gabon et par extension tous les produits qui en proviennent. Ce n’est qu’en 1889-1893, après la conquête du territoire par la France, que les frontières du pays furent délimitées et la colonie, appelée « Les Rivières du Sud », sera rattachée à l’ex-Afrique Occidentale Française (ex-AOF). Les limites territoriales de la Guinée française seront définitivement fixées le 1er Juillet 1912, par un traité franco-anglais qui a précisé ses frontières par rapport à la colonie anglaise de Sierra Leone.  

Du point de vue du contact avec les Européens, on peut dire que les Portugais furent les premiers à aborder les côtes guinéenne. Ils seront plus tard évincés par les Anglais et les Français qui deviendront les principaux animateurs du commerce des esclaves. C’est au début du XIXème siècle que la France manifestera clairement ses intentions sur la Guinée. Ainsi, à la suite de compromis entre les puissances rivales d’une part et de nombreux accords, traités et conventions conclu avec les chefs traditionnels, la France va occuper effectivement les « Rivières du Sud » à partir de 1875. La pénétration coloniale s’est heurtée, partout en Guinée, à la résistance des populations. La plus farouche opposition a été menée sous la conduite de l’Almamy Samory Touré dont les troupes ont lutté pendant dix huit ans, contre les envahisseurs français. La colonisation a pris fin avec le référendum ‹u 28 Septembre 1958. La Guinée a accédé ainsi à la souveraineté internationale, en proclamant son indépendance le 2 Octobre 1958.  

Au cours de la première république (1958-1984), la guinée a vécu sous un régime présidentiel dominé par un système de parti unique d’inspiration socialiste, qui dirigeait l’état et régulait l’ensemble de la vie économique, sociale et culturelle.  

Le Comité Militaire de Redressement National (CMRN) instaure la deuxième république, en prenant le pouvoir le 3 Avril 1984. Au cours de la période transitoire (1984-1993), les nouvelles autorités ont opéré des réformes politiques, administratives, économiques et financières, pour traduire dans les faits, l’option libérale et asseoir les bases d’un état démocratique respectueux des droits de l’homme et des libertés individuelles. En décembre 1990, le pays s’est doté d’une loi fondamentale qui établit un régime présidentiel et reconnaît la séparation des pouvoirs. Le multipartisme est instauré avec 47 partis politiques agrées. Le pays a été doté également d’une Cour Suprême et d’un Conseil National de la Communication en 1992, d’un Assemblée Nationale en 1995 et d’un Conseil Économique et Social en 1997. La première élection présidentielle comprenant plusieurs partis est organisée en décembre 1993. Elle a donné naissance à la République,.qui va œuvrer à la consolidation des acquis démocratiques. 

Le Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) au pouvoir depuis 23 Décembre 2008 s'est engagé dans une restructuration profonde de la situation politique et socio-économique de la République de Guinée. L'oeuvre du CNDD a été interrompue par un attentat contre son président, le 3 Décembre 2009.

Suite  à cet évènement, une période de transition démocratique de six(6) mois a été instaurée grâce aux accords de Ouagadougou du 15 Janvier 2010 et le Général Sékouba KONATÉ a été désigné comme Président de la Transition. Le Gouvernement de la transition a été chargé d'organiser des élections présidentielles libres et transparentes, le 27 Juin 2010 (1er Tour) et le 7 Novembre 2010 (2ème Tour).

A l'issu de ces consultations, le Professeur Alpha CONDÉ  a été élu Président de la République et a été investi le 21 Décembre 2010.

é
Indépendance 2 Octobre 1958
Présidents de la République Feu Ahmed Sékou TOURÉ (1958-1984)
Feu Général Lansana CONTÉ (1984-2008)
Capitaine Moussa Dadis CAMARA
22 Novembre 1970 Agression portugaise contre la Guinée
27 Décembre 1974 Réélection de Sékou Touré à la présidence de la République
27 Août 1977 Révolte des femmes contre le régime de Sékou Touré
14 Mai 1982 Réélection de Sékou Touré à la présidence de la République
26 Mars 1984 Mort de Sékou Touré. Lansana BEAVOGUI, Premier ministre, est désigné comme chef du gouvernement.
3 Avril 1984 Coup d'état militaire. Avènement de la deuxième République. Lansana Conté est nommé président.
23 Mai 1984 La République Populaire Révolutionnaire de Guinée devient la République de Guinée
25 Mars 1985 Libéralisation de l'économie
5 Janvier 1986 Le franc guinéen, abandonné en 1972, remplace le syli
23 Décembre 1990 Adoption par référendum du projet de Constitution instaurant le multipartisme
1991 Création du Conseil National de la Communication (CNC) et du Conseil Supérieur de la Magistrature
19 Décembre 1993 Première élection présidentielle pluraliste
11 - 16 Juin 1995 Premières élections législatives pluralistes
29 Juin 1995  Élections municipales
14 Décembre 1998 Réélection du Général Lansana CONTE à la présidence de la République
25 Juin 2000 Élections communales
Septembre 2000 Conflit frontalier avec la Sierra Léone et le Libéria
10 Décembre 2000 Affrontements dans le sud du pays avec des rebelles venus du Liberia et de la Sierra Léone.
12 Avril 2000 Le procès de Alpha CONDÉ débute à Conakry
Du 3 Janvier au 26 Février 2007 Grève générale et émeutes dans les principales villes du pays ayant abouti à la nomination d'un Premier Ministre ayant des pouvoirs élargis en la personne de Monsieur Lansana KOUYATÉ.
26 Février 2007 Nomination de Monsieur Lansana KOUYATÉ premier ministre de consensus, Chef de Gouvernement.
20 Mai 2008 Nomination de Monsieur Ahmed Tidiane SOUARÉ premier ministre, Chef de Gouvernement.
22 Décembre 2008 Mort du Général Lansana CONTE.
23 Décembre 2008 Coup d'état militaire. Avènement du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) . Le Capitaine Moussa Dadis CAMARA est désigné Président de la République.
28 Septembre 2009 Massacre au "stade du 28 Septembre" de Conakry. La Commission Nationale d'Enquête Indépendante (C.N.E.I.) fait état de 63 morts et 1480 blessés.
3 Décembre 2009 Le Chef de l'État, le Capitaine Moussa Dadis CAMARA a fait l'objet d'une tentative d'assassinat.
15 Janvier 2010 Ratification des accords de Ouagadougou par le Président de la République, le Capitaine Moussa Dadis CAMARA qui a miraculeusement échappé à la tentative d'assassinat perpétrée à son encontre. Ces accords font du Général Sékouba KONATÉ le Président de la République par Intérim, chargé de la conduite de la période de transition de six(6) mois; devant aboutir à des élections libres et transparentes en République de Guinée.
19 Janvier  2010 Nomination de Monsieur Jean Marie DORE Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la Transition.
3 Février  2010 Publication de la Structure du Gouvernement de la Transition qui comprend 30 portefeuilles ministériels dont trois (3) Ministères d'État et Deux (2) Secrétariats Généraux.
27 Juin  2010 Premier tour des Élections Présidentielles.
7 Novembre  2010 Deuxième tour des Élections Présidentielles.
2 Décembre 2010 M. Alpha CONDÉ, candidat du RPG (Rassemblement du Peuple de Guinée) est élu Président de la République de Guinée.
21 Décembre 2010 Investiture du Professeur Alpha CONDÉ.
24 Décembre 2010 Nomination de Monsieur Mohamed Saïd FOFANA Premier Ministre, Chef de Gouvernement de la Troisième République.
Les 27, 30 Décembre et 4 Janvier  2011 Nomination des membres du Gouvernement comprenant 44 Ministres et rang de Ministre.

retour